Mary Higgins Clark

Mary higgings clark

Secrétaire puis hôtesse de l'air, ce n'est qu'à la mort de son mari que Mary Higgins Clark se met à écrire. Elle écrit pour la radio, puis écrit des romans, son tout premier est un biographie de Georges Washington, ensuite elle se met à écrire des romans policiers, thrillers. Il lui arrive de co-écrire avec l'une de ses filles Carol Higgins Clark. Elle publie quasiment un livre par an.

La maison du guet

Thriller (le premier) publié en 1975 (1984 en France).

Résumé (LeLivredePoche) :

Afin de fuir son passé, Nancy a changé de nom et d'apparence, avant de quitter la côte Ouest et de venir s'installer à Cape Cod où elle a épousé Ray Eldredge. Sept années de bonheur se sont écoulées. Ils ont deux beaux enfants, Michael et Missy. Puis un matin, dans le journal régional, paraît un article sur un procès pour meurtre qui a fait couler beaucoup d'encre en Californie et qu'illustre la photo d'une jeune femme ressemblant étrangement à Nancy. Le jour même, Michael et Missy disparaissent...

Ce que j'en ai pensé :

C'est le premier best-seller de l'auteure, et bien qu'il ne fasse pas parti de mes préférés je comprends pourquoi. Il est excellent, l'intrigue est bien ficelée. On se prend facilement au jeu.

La nuit du renard

LE livre incontournable de l'auteure, qui l'a fait connaître, paru en 1977 (1979 en France).

Résumé (LeLivredePoche) :

Carley, dans le Connecticut. Un garagiste, Arty, s'attaque à des jeunes femmes qu'il viole avant des les tuer. Il en a déjà cinq à son tableau de chasse et ne compte pas s'arrêter. Apprenant que Steve Peterson, un journaliste dont il a assassiné la femme, quelques années auparavant, dispose d'une certaine somme d'argent, il décide d'enlever son petit garçon, Neil, et sa nouvelle compagne, Sharon, afin d'exiger une rançon. Au même moment se prépare l'exécution de Ronald Thompson, injustement condamné à mort pour un meurtre qu'il n'a pas commis...

Ce que j'en ai pensé :

C'est le premier roman policier que je l'ai, le premier de l'auteure également. C'est donc celui-ci qui m'a rendu "accro", et qui m'a donné envie de lire encore et encore. Je me rappelle de l'avoir trouvé génial, prenant, j'ai adulé Mary Higgins Clark après cela. Aujourd'hui, après avoir lu un certain nombre d'autres livres, je relativise, ce n'est pas non plus son meilleur à mon goût, mais elle est un grand maître avec un immense talent.

La clinique du docteur h

Remarque :

Il fait partie de ceux que je n'ai pas encore acquis, et donc par conséquent par lu. MAJ dès que ce sera fait.

Un cri dans la nuit

Livre paru en 1982 (1983 en France).

Résumé (LeLivredePoche) :

Jeune divorcée, Jenny se débat pour élever ses deux petites filles. Lorsqu'elle fait connaissance du beau, riche et irrésistible Erich Krueger, Jenny a le coup de foudre. Après une cour hâtive, Erich l'épouse et l'emmène avec ses filles chez lui, dans le Minnesota, vivre dans une maison de rêve. Mais le bonheur de Jenny ne dure pas longtemps. Bientôt survient une succession d'incidents étranges et terrifiants ; le conte de fées tourne à l'épouvante...

Ce que j'en ai pensé :

Il est pour moi l'un des meilleurs romans que j'ai lu. C'est celui qui m'a le plus touché et le plus dérangé. En le lisant, je n'étais vraiment pas bien, j'étais chamboulée, je sentais mes tripes se tordre dans tous les sens.

Le demon du passe

Roman paru en 1984 (1986 en France).

Résumé (LeLivredePoche) :

La vie semble sourire à Pat Traymore. Elle est amoureuse et sa carrière est sur le point de décoller : on lui propose de produire à Washington une série d'émissions télévisées intitulée "Les femmes au gouvernement". Elle choisit comme premier sujet Abigail Jennings, sénateur de Virginie, qui va peut-être devenir la première femme vice-président des Etats-Unis. Mais, en s'installant dans la magnifique maison de Georgetown où un crime a brisé son enfance, Pat a peut-être commis une erreur. Elle reçoit un coup de téléphone anonyme : "Patricia Traymore, vous ne devez pas réaliser une émission à la gloire du sénateur Jennings. Et vous ne devez pas habiter dans cette maison..."

Ce que j'en ai pensé :

Un  des romans que j'ai le moins apprécié, parce que je l'ai trouvé très lent, de ce fait j'ai eu l'impression que je n'arriverais jamais à le finir. Il n'est pourtant pas si long que ça. C'est donc une vraie décéption pour moi, qui avais toujours apprécié les romans de Mary Higgins Clark jusqu'à maintenant. Le dénouement de l'histoire arrive réellement dans les toutes dernières pages, et l'on ne savoure pas une chute "convenable", pas assez à mon goût en tout cas. Peut-être ai-je trop lu de ses romans..

 

Ajouter un commentaire