Instinct de survie

Instinct de survie

Thriller américain de Jaume Collet-Serra sorti le 17 août 2016 en France.

Résumé :

Nancy est une surfeuse qui décide d'aller surfer sur l'une des plages où sa défunte mère avait l'habitude d'aller. Mais son escapade paradisiaque se transforme en cauchemar quand elle se retrouve piégée sur un rocher suite à l'attaque d'un grand requin blanc.

Ce que j'en ai pensé :

Je suis dubitative, je ne sais pas trop si j'ai aimé ou pas en fait. C'est pas mal mais ça ne casse pas trois pattes à un canard. Je m'explique (enfin je vais essayer).
Le film en lui-même est un bel objet de cinéma : belles images, belle voire très belle actrice (Blake Lively aka Serena Van Der Woodsen de Gossip Girl), belle réalisation, histoire simple mais efficace... bref une ambiance générale qui fait que c'est plutôt réussi.
MAIS, parce qu'il y a un mais, étant fascinée par les requins depuis de longues années maintenant, je sais que ces histoires (comme "Les dents de la mer", dont je suis une fan absolue d'ailleurs, même si l'histoire est en fait pas crédible, même pas du tout) sont totalement improbables voire irréalistes... non les requins ne se comportent pas de cette façon dans la vraie vie... et je trouve que ça leur fait une mauvaise pub, et que ça contribue à l'incompréhension de ces poissons (oui les requins ne sont que des poissons, avec des dents acérées certes, mais des poissons quand même) et donc indirectement à la banalisation voire à la justification de leur massacre... Pour info, les requins tuent entre 10 et 20 personnes chaque année, alors que les moustiques (oui, oui) en tuent "juste" 2 millions... vous voyez maintenant l'image erroné que ces films renvoient ? (Pour les curieux, des "infos" ici, ici et ici ;)).
J'arrête mon mini plaidoyer pro-requin, et je reviens à mes moutons.
Du coup, je suis prise entre le sentiment d'une belle réussite visuelle, mais un "navet" question réalité.

Extrait :

Ajouter un commentaire